Eloge de la Wonder Woman moderne

Être une femme, dirigeante, dans le monde d’aujourd’hui est un défi, un équilibre délicat à trouver et à garder.

Ce qui m’a particulièrement marqué dans l’étude de LinkedIn, c’est la difficulté exprimée pour réussir à se reposer. En effet, comment les femmes peuvent-elles se créer des espaces de repos dans un emploi du temps super booké sur tous les plans?  Comment réussir à se détendre  au milieu de ce tourbillon de responsabilités et garder sa joie de vivre?

J’ai la chance d’avoir travaillé et de travailler avec des dirigeantes très différentes, qui, chacune à leur manière, gèrent le complexe équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle. Je peux citer quelques paroles qui me paraissent représentatives de ces femmes.

« Aujourd’hui, je ne veux plus repartir au même rythme, je veux me ménager du temps avec mes ados. »

Hélène, directrice générale, 46 ans, mariée 4 enfants, vient de passer un an à s’occuper de ses enfants suite à son départ d’un grand groupe prestigieux.

« J’ai négligé mes amis et aujourd’hui il faut que je me reconstruise un écosystème social et que je mette plus de limites à ma sphère professionnelle »

Véronique, 44 ans, en couple, directrice financière dans un grand groupe.

« J’ai peur de ne plus voir mon bébé et à la fois je ne veux pas tirer un trait sur ma carrière professionnelle, j’ai envie de trouver un poste stimulant et continuer à être une mère attentive et disponible … »,

Estelle, 43, mère de Lisa 9 mois, souhaite retrouver un poste de directrice marketing.

Les grands fléaux de la Wonder Woman

Culpabilité ou… culpabilité ? Dans ce jeu de va et vient entre maison et travail, la culpabilité est l’ennemi numéro 1 de ces femmes : coupable de ne pas être assez présente pour ses enfants, pour sa famille et coupable de rater des réunions, de prendre les mercredis ou de partir trop tôt. Les culpabilités se mêlent et créent une tension intérieure forte, une double contrainte douloureuse.

Le règne du perfectionnisme :  A contrario du titre de cet article vous n’êtes pas des Wonder Woman et vous n’êtes pas parfaites. La pression de la perfection à tout prix et à tous niveaux n’est pas constructive. Mère parfaite, épouse parfaite, collègue parfaite, cuisinière parfaite, manager parfaite, amie parfaite, corps parfait…on pourrait continuer encore longtemps. C’est sans limite : quand je fais faire les devoirs, quand je fais un dîner, quand je marche dans la rue, quand je fais mon jogging, quand j’organise mon week-end, mes vacances…. Cette quête qui tourne parfois à l’obsession devient handicapante.

Le trio infernal : comparaison, rivalité et jalousie : Autre point clé de l’accumulation des tensions et du stress est la tendance à se comparer. Les médias véhiculent une image très stéréotypée de la féminité. Cela tend à évoluer mais le modèle unique reste très prégnant. Dans le développement personnel aussi, on retrouve cette même référence unique. Il faut faire du yoga…être positive…etc. La comparaison à cette norme est constante.  

Perte d’énergie et de confiance

Ce rythme infernal imposé par le monde du travail et les exigences de l’organisation de sa vie personnelle, associés à des attitudes intérieures non constructives, peut mener à l’épuisement des réserves d’énergie disponible.

Le besoin de perfection excessif, conduit à aller au-delà de ses limites en perdant de vue l’essentiel.  On finit par se perdre dans les détails, ne plus avoir de recul sur les situations. Cette tendance peut nuire grandement au bien-être et même à l’entourage de certaines personnes. La perfectionniste ressent une insatisfaction perpétuelle et une pression constante qu’elle s’impose à elle-même. Si en plus elle doit composer avec un haut niveau de stress, ça occupe toute son énergie. Elle devient plus vulnérable et les conséquences peuvent être très néfastes.  Cette situation devient de plus en plus dévalorisante et elle compensera en exigeant encore plus d’elle-même.

La comparaison amène à être dans une forme de contrôle constant qui gâche le plaisir de vivre. Se comparer en permanence augmente la tendance au mimétisme et donc à la perte de son identité. Et la spirale de l’insatisfaction se met en place avec un désinvestissement, parfois de l’agressivité quand le sentiment d’impuissance s’accroit.

La vie de Wonder Woman consiste également à gérer de nombreuses tâches. Ce qui entraine un excès d’anticipation et une anxiété croissante devant l’ampleur de la tâche. Chaque évènement imprévu ou impossible à maîtriser, qui ne va pas dans le sens espéré crée du stress. La conséquence que j’observe souvent est une tendance amplifiée à ruminer, à ressasser. Or l’auto-dévalorisation fait malheureusement souvent très bon ménage. Le mental ne s’arrête plus et l’estime de soi fini par s’étioler.

Ce cocktail explosif que l’on retrouve à des degrés divers chez ces dirigeantes crée un état de stress. Il y a de moins en moins d’espace pour être soi, pour se détendre et se ressourcer.

Les secrets pour recharger ses batteries

Pour éviter le burn out, l’épuisement ou la dépression, le secret est alors de savoir recharger ses batteries. L’objectif est de retrouver un rythme plus juste et cohérent et une attitude intérieure plus constructive.

Clarifier ses choix et exprimer ses ressentis – La première étape est de clarifier ses choix de vie. Cela permet d’assumer la conséquence de ses choix et de pouvoir en parler. Toute situation entraine avantages et inconvénients. Par exemple, trop d’absence ou trop de présence peut être négatif pour son enfant.  Le principal est de pouvoir exprimer les différents sentiments qui vous traversent, pour vous et parfois de pouvoir les partager avec ses enfants qui de toutes façons les ressentent.

Mettre le stress échec et mat – La régularité va être clé et le maître-mot ici c’est : expérimenter. En essayant plusieurs techniques, vous saurez laquelle vous convient le mieux. Il s’agit d’y consacrer juste quelques minutes dans votre journée mais de manière régulière :

  • Gouter à la slow attitude – Par exemple prendre son repas du midi de manière très lente, prendre le temps de goûter être dans une forme de pleine conscience, sortir faire une balade et marcher très lentement.
  • Aménager des temps de récupération – Prendre des temps pour vivre de la détente dans la journée, des temps de respiration, des micro siestes. Pas de secret, souvent il faut ruser, se mettre des post-it, créer des alarmes pour se rappeler de respirer pour vraiment mettre en place ces pratiques dans le temps.
  • Créer des espaces-temps d’échanges gratuits – Organiser un diner entre amies juste pour partager. J’échange pour échanger.  Je n’ai pas objectif, je ne cherche pas à aider l’autre, ni à la sauver. Juste j’écoute. Exercice bien plus difficile qu’il ne paraît.
  • Des plages de rien – Intégrer dans son planning des créneaux horaires de RIEN…ne rien faire. Un peu déroutant mais très efficace.
  • Colorier – C’est à la mode et vous en trouverez partout…faites des pauses, des coloriages. Dessiner permet de mettre le mental au repos, juste de se recentrer sur soi et vivre du un instant de bien être.

L’important est d’apprendre à se détendre.  C’est le premier pas pour ensuite réussir à prendre du recul et mieux profiter de chaque instant. C’est par l’expérimentation de moments où l’on se reconnecte à soi que petit à petit, la paix s’installe. La confiance en soi et l’estime de soi se restaurent pas à pas.

L’ACTU DE LED

VOIR LE BLOG

DERNIERS TWEETS

PROCHAINS MEETUPS