L’actu RH de la rentrée

  • La décrue du chômage semble engagée, mais…
  • Emploi cadre : les fonctions en tête
  • Les principales mesures de la loi travail
  • Vers un procès de la souffrance au travail dans une grande entreprise
  • Exemples de repositionnements de cadres supérieurs par L’Espace Dirigeant

 

La décrue du chômage semble engagée,

quelle que soit la façon dont on examine les chiffres et la manière utilisée pour y parvenir : aides financières à l’embauche, basculement massif de chômeurs en plans de formation, augmentation du travail précaire… et créations de postes. Encore faut-il préciser que cette décrue concerne les demandeurs d’emploi sans aucune activité (catégorie A), que le nombre de chômeurs en activité réduite continue lui d’augmenter et qu’au total, toutes catégories confondues (A, B et C) le chômage a augmenté de 0.1% au mois de juillet et de 0.7% sur un an

Les fonctions en tête sur le marché de l’emploi cadre

sont, selon les indicateurs de l’APEC, dans l’ordre :

La fonction Commercial-Marketing, qui représente 27% de l’ensemble des opportunités d’emploi ; la fonction informatique avec 24% ; la fonction Services techniques avec 9%. Viennent ensuite les fonctions Etudes et Recherche & Développement, Gestion, Finances, Administration et Production industrielle.

Les principales mesures de la loi travail finalement adoptée intéressant, directement, l’entreprise :

–        L’organisation du temps de travail se négociera dans l’entreprise, la branche n’intervenant qu’en l’absence d’accord (la durée légale restant à 35h)

–        Les possibilités de licenciement économique sont facilitées dans les TPE et PME, par l’élargissement des critères

–        Des accords majoritaires pourront être signés pour ajuster l’organisation de l’entreprise afin de préserver ou développer l’emploi et ces accords primeront sur le contrat de travail

–        Un accord signé par des organisations syndicales représentant au moins 30% mais moins de 50% des salariés devra, pour s’appliquer, être validé par un référendum demandé par l’un des syndicats signataires, à la majorité des salariés

–        Dans les PME, les forfaits jours ne pourront plus être conclus de gré à gré avec les salariés autonomes mais seulement par accord collectif.

D’autres mesures de ce texte touffu dépassent l’entreprise, parmi lesquelles : la définition d’un « ordre public conventionnel » qui devra être négocié dans les branches avant 2019, une aide à la recherche d’emploi pour les jeunes de 16-25 ans sans aucune activité ou encore le regroupement à partir de 2017 du compte personnel de formation, des comptes pénibilité et d’engagement citoyen dans un compte personnel d’activité…

C’est à peu près tout ce qu’il reste d’un texte qui aura été pour le moins bousculé.

 

Harcèlement moral : des dirigeants d’une grande entreprise en correctionnelle ? Une première.

Le parquet de Paris a demandé le renvoi en correctionnelle de 3 anciens dirigeants de France Telecom pour harcèlement moral. 35 suicides de collaborateurs en 2 ans ont été comptés en raison, selon les syndicats de l’entreprise, d’un plan de transformation générant une très forte pression sur les salariés, ce que conteste l’entreprise qui elle soulève un problème sociétal. Si le juge d’instruction devait suivre les réquisitions du parquet, un tel procès, qui viserait des membres de la direction générale et non les responsables hiérarchiques directs des victimes, serait une première.

L’Espace Dirigeants a notamment permis les repositionnements suivants

 Le Directeur Général d’un fabricant de produits de second œuvre Bâtiment, autodidacte de 56 ans, devient DG d’une entreprise du même secteur, possédée par un fonds d’investissement.

Accès au nouvel emploi : chasseur de tête.

Facteurs clés de succès : avoir su faire valoir l’expérience issue de son âge auprès d’un fonds soucieux avant tout du résultat.
Le Directeur des Ressources Humaines de  47 ans d’un grand hôpital privé devient DRH chargé de la gestion des non-cadres au sein d’un des plus grands groupes industriels français

Accès au nouvel emploi : chasseur de têtes

Facteurs clés de succès : avoir su vendre sa différence.
Le Directeur Business Development & Strategy d’un grand laboratoire pharmaceutique fait le pari, à 53 ans, de quitter l’univers de la Santé dans lequel il a oeuvré pendant 30 ans pour mettre à profit son expérience d’ « intrapreneur » au profit de l’accompagnement à la création d’entreprise. Il devient Secrétaire Général d’une holding financière de participations dans le capital de start up.

Accès au nouvel emploi : réseau relationnel

Facteur clé de succès : analyse pertinente de sa valeur ajoutée sur le marché de l’emploi au vu de ses multiples compétences potentielles.
Le Directeur Général d’une société de cosmétiques capillaires, 52 ans, devient Directeur Général d’une entreprise leader dans la distribution d’équipements électriques destinés aux marchés B to B et Grande Consommation.

Accès au nouvel emploi : réseau relationnel

Facteur clé de succès : accepter de changer de secteur tout en valorisant sa double expertise commerciale et export

L’ACTU DE LED

VOIR LE BLOG

DERNIERS TWITTS

PROCHAINS MEETUPS

About the Author:

Connectons-nous sur Linkedin - Juriste de formation, spécialisé en droit social, Marc a occupé pendant 25 ans des fonctions RH en entreprises internationales : DRH du Groupe Primagaz, d’Alstom Transport SA, DRH Europe de Graham Packaging, McDonald’s. Il a créé en 2003 un cabinet de conseil RH de dirigeants de grandes entreprises comme de PME. il a accompagné plusieurs centaines de cadres dirigeants dans leurs évolutions, dans tout le spectre des métiers et des secteurs d’activité. Sa bienveillance et son pragmatisme sont à la base de son engagement complice auprès des cadres dirigeants dont il accompagne le choix d'avenir.