La chasse au job est ouverte !

Y croire et agir ? GO !

La spirale positive qui vous permettra de trouver un job s’appuie sur toutes les victoires que vous obtiendrez. Le moral est clé, apprenez à gérer vos émotions.

Ne vous laissez pas polluer l’esprit par les media et les événements tragiques. Concentrez-vous sur les événements positifs que vous avez traversés au cours des années. Pensez à vos succès. Adoptez la maxime de Peter Pan, « Il suffit d’avoir des pensées agréables et elles vous propulseront dans le ciel ! C’est facile ! »

Aller à la chasse à l’emploi, c’est très comparable à une activité de prospection commerciale. Si ce n’est pas votre tasse de thé, il n’en reste pas moins que vous devrez y passer. Autant essayer d’y trouver le maximum de plaisir ?

Ce métier de chasseur de job exige rigueur, régularité et persévérance.

Le Président du Medef, Pierre Gattaz, l’a rappelé dans son discours inaugural de son Université d’été. « Y croire et agir » suppose cinq actions :

–         évaluer la situation

–         se fixer un objectif

–         construire une solution

–         décider un plan d’actions

–         identifier les conditions du succès et passer à l’action

En réalité, cette méthode s’applique également à merveille pour retrouver une activité qui vous convient.

La brique fondatrice consiste en effet à évaluer la situation, à faire le bilan de ce que vous savez faire, être capable de faire, et avez envie de faire. Vous vous fixez alors un objectif en termes de projet de la raison ou de projet du cœur.

Pour être efficace, vous construisez la solution, c’est-à-dire que vous allez élaborer votre marketing propre (« personal branding », « self marketing » sont les mots à la mode …). Et pour le coup, les réseaux sociaux et #LinkedIn en particulier vont vous aider.

Enfin, vous allez décider d’un plan d’action, cibler les secteurs d’activité, les entreprises, les réseaux à activer, les personnes à rencontrer. Puis identifiant les conditions du succès et mesurant les difficultés, vous allez passer à l’action et adopter les stratégies gagnantes, quitte à accepter certains compromis.

Le métier de chasseur de job exige rigueur, régularité et persévérance. Improviser est le plus court chemin vers l’échec.

A chaque contact que vous prenez, à chaque rendez-vous pris, vous arriverez préparé, en forme, engageant. Si vous apportez des idées, la conversation sera sympathique, votre interlocuteur aura envie de vous aider. Vous repartirez avec des idées nouvelles, des cibles potentielles, des contacts. Finalement, vous aurez créé ensemble de la valeur.

Plusieurs clients de L’Espace Dirigeants l’ont rappelé lors d’un de nos derniers événements : la préparation des entretiens, la qualité des questions posées, la connaissance des problématiques de l’entreprise et des responsabilités envisagées fait souvent la différence. Ce qui compte, c’est de bien cerner le style et le besoin de votre potentiel futur employeur. Il ne s’agit pas de poser de nombreuses questions mais des questions pertinentes et positives « qui font avancer le schmilblic ».

Enfin, d’un point de vue pragmatique, à partir de 55 ans, un dirigeant trouvera difficilement aujourd’hui un contrat de travail classique en France. Tant qu’il souhaitera ou devra travailler, cette action de prospection est un impératif, et devient permanente. De nombreuses personnes souhaitent que les choses changent, et certains s’activent pour cela. Pour les dirigeants qui sont dans cette tranche d’âge, il n’est pas question d’attendre, il faut donc y croire et agir.

Soyez persévérant, soyez résilient, allez à la chasse au job de façon professionnelle !

Enthousiasme + sourire + conviction : GO !

Nous pouvons vous y aider…

L’ACTU DE LED

VOIR LE BLOG

DERNIERS TWITTS

PROCHAINS MEETUPS

About the Author:

Connectons-nous sur Linkedin - Tout au long de son parcours, Olivier (X76) a croisé une dizaine de start-up ainsi que des groupes comme la Caisse des Dépôts et Consignations, SRI International (Stanford Research Institute), CPR, le Crédit Lyonnais. Homme de réflexion et d'écoute au sein de nombreuses institutions, il a aussitôt mesuré l’importance de la notion de plaisir dans le choix de l'activité professionnelle. C'est mû par cette vision qu'il fonde L'Espace Dirigeants avec Michel Prudhomme en 2006.