Comment RATER votre recherche d’emploi ! Les 15 erreurs à éviter

Pas facile de mener une recherche d’emploi. De gros enjeux : d’amour propre, financiers, de bon choix de carrière… Beaucoup de « non » à encaisser avant le « oui » final. Des réflexes parfois contre-productifs. Et beaucoup d’erreurs à éviter pour ne pas gaspiller les précieux premiers mois où votre employabilité est la meilleure.

 

outplacement-l-espace-dirigeants
On est mi septembre et je retrouve Adrien, que j’accompagne dans sa recherche d’emploi depuis 5 mois. Quand il a dû quitter son entreprise en mars dernier après quelques semaines de négociations difficiles, il a hésité à accepter l’outplacement qui lui était proposé. Autant utiliser le budget qui était destiné au cabinet d’outplacement pour arrondir le montant de sa transaction, non ? Il était bien capable de se débrouiller tout seul après tout ! Quelques amis qui avaient connu cette situation lui ont alors conseillé d’accepter cette aide : rien de pire que l’isolement dans cette période, les techniques de recherche d’emploi avaient beaucoup évolué, le marché de l’emploi s’était compliqué depuis sa dernière recherche de job. Leur dernier argument avait été celui qui l’avait décidé : s’il retrouvait un job en 7 mois au lieu de 15 comme le montraient les statistiques des cabinets de conseil en évolution professionnelle, il aurait largement remboursé le coût de son accompagnement. Il a fini par opter pour un outplacement… sans trop croire à ses vertus malgré tout. Adrien est certes très compétent et doué de nombreuses qualités mais il n’accorde pas facilement sa confiance et il a voulu mener sa barque à sa façon.

Notre rendez-vous de rentrée est l’occasion de faire le point et d’emblée, il reconnaît qu’il a fait toutes les erreurs possibles… Il veut repartir sur de nouvelles bases et tout reprendre depuis le début. Quelles ont été ses erreurs ?

Au début, il est urgent de prendre son temps pour préparer sa course

Adrien a démarré son outplacement en étant, plus qu’il ne le croyait, profondément affecté par la rupture professionnelle qu’il venait de subir. Mais « même pas mal » : il était urgent de repartir à fond de cale !

Erreur n°1 : évacuer d’un revers de main les émotions (colère, humiliation, honte, anxiété…) liées au licenciement, ne pas s’autoriser le temps de les « digérer », ce qui permettrait de progresser sur la fameuse « courbe de deuil »… et d’en sortir.

Si vous n’avez pas dépassé cette étape, lorsque vous rencontrerez des membres de votre réseau, vous glisserez sans vous en apercevoir quelques mots négatifs qui vous trahiront (utilisation de l’imparfait, par exemple) ; vous vous présenterez en expliquant votre départ sur le mode de la justification ; votre comportement non verbal (regard fuyant, voix hésitante, épaules basses, posture non tonique, etc) démentira votre affirmation que vous avez tourné la page et que vous êtes prêt(e) pour de nouvelles aventures.

outplacement-l-espace-dirigeantsNe mobilisez pas trop tôt votre réseau

Erreur n°2 : se précipiter pour appeler ses relations, répondre à des sollicitations ou postuler à des offres d’emploi.

Les premières semaines après un licenciement sont souvent trompeuses : vous informez votre réseau et très vite vos relations vous reçoivent chaleureusement et vous envoient des messages réconfortants: la « fraîcheur » de votre arrivée sur le marché vous rend attractif, votre employabilité est à son pic (carnet d’adresses actif, expertise d’actualité). Mais à trop vouloir saisir rapidement ce mouvement spontané d’ouverture et de curiosité de votre réseau, vous risquez d’aller rencontrer vos contacts ou des recruteurs alors que vous n’êtes pas encore prêt à parler de vous et de votre projet. Remerciez vos contacts qui manifesteraient leur disponibilité et différez ces rencontres jusqu’au moment où votre discours sera prêt.

Définissez une cible précise au lieu de tirer dans toutes les directions

outplacement-l-espace-dirigeantsErreur n°3 : « ratisser large », avoir un projet à dimension multiple.

Il est souvent très tentant de mettre en avant la multiplicité de ses expériences et d’ouvrir le champ des candidatures possibles : « je peux être directeur financier OU secrétaire général » ; « Je peux être Directeur Marketing dans la mode OU dans l’agroalimentaire ». Difficile de se limiter quand on a effectivement une expérience dans l’univers agroalimentaire, trier dans ses expériences et restreindre sa propre voilure peut sembler contre-intuitif. Mais si celle-ci date de 15 ans, peu de chance de convaincre un recruteur. La plupart du temps, celui-ci (surtout en France) cherche un expert, un professionnel vite opérationnel, spécialiste d’un secteur ou d’une problématique. Pour accroitre votre efficacité, vous devrez (dans la majorité des cas) choisir de mettre en œuvre UN projet, avec UN positionnement. Gare sinon au « Qui trop embrasse mal étreint » !

outplacement-l-espace-dirigeantsNe restez pas seul(e) et isolé(e)

Erreur n°4 : s’isoler pour « digérer ».

A l’inverse, rester seul chez vous, ressasser l’enchaînement des circonstances qui vous ont amené à cette rupture, envisager avec angoisse les mois de recherche d’emploi, être pétrifié devant les démarches à mener, considérer qu’il faut attendre que « ça passe » sans embêter les autres: rien de tout cela ne vous permettra de passer rapidement à l’action.

Menez une démarche professionnelle car chercher un job… est un job !

Participez à un groupe de personnes en recherche d’emploi, ou bien travaillez avec un cabinet d’outplacement mais ne restez pas seul. Les échanges seront des stimulations intellectuelles qui vous permettront d’aller plus loin. Avec un cabinet, vous bénéficierez d’une méthodologie qui vous proposera de faire un bilan de votre carrière et de définir un projet professionnel à partir de ce que vous savez faire (vos compétences et vos réalisations), de qui vous êtes (vos qualités) et de ce que vous voulez (motivations, valeurs, cahier des charges de votre future activité). Après 6 à 10 entretiens approfondis, vous saurez dire quel professionnel vous êtes, avec quel talent unique et quels atouts vous postulez au poste que vous aurez défini. Vous délimiterez le périmètre de votre chasse en définissant vos cibles (secteur d’activité, taille d’entreprise, géographie). Votre coach sera le régulateur de vos actions : prendre le temps au départ, tout en restant agile et prêt à postuler si une opportunité se présente ; accélérer ou soutenir vos efforts sur la durée.

outplacement-l-espace-dirigeantsUne fois votre projet défini, vous n’êtes toujours pas prêt(e)

Erreur n°5 : croire que maintenant que votre projet est clair et argumenté, vous pouvez partir à la chasse au job.

En réalité, il vous manque encore la phase de préparation de vos outils de communication. Pour « vendre » votre projet, il faut travailler le marketing de votre offre de services. Pour notre part, dans nos accompagnements, nous avons mis au point des ateliers qui permettent cette préparation avec quelques pairs : nous constituons chaque mois une promotion de 6 à 8 cadres supérieurs et dirigeants qui vont travailler ensemble leurs pitchs, les questions difficiles de l’entretien, leur communication non verbale, la démarche réseau, l’utilisation de LinkedIn. Le regard bienveillant mais également exigeant des autres participants est un vrai cadeau pour déceler points forts et points d’effort.

outplacement-l-espace-dirigeantsEntraînez-vous … beaucoup !

Erreur n°6 : se passer d’entrainements

Vous ne serez efficace que lorsque votre discours sera ciselé et que vous serez capable de dire l’essentiel en quelques mots. Pour cela, le secret de votre réussite est dans votre préparation. Des mises en situation, des simulations d’entretiens enregistrés ou filmés répétés autant de fois qu’il le faudra vous aident à améliorer vos pitchs pour être percutant dans vos rendez-vous. Vous pouvez être le meilleur des communicants en situation habituelle, quand il s’agit de votre recherche d’emploi, l’enjeu est trop personnel et fort pour que vous puissiez vous contenter d’une préparation rapide.

Travaillez autant le fond de vos messages que la forme de votre communication

outplacement-l-espace-dirigeantsErreur n°7 : ne travailler que le fond

Vous ne disposerez que d’une seule petite minute pour vous présenter dans un entretien réseau, il est donc important de délivrer un message simple que vos contacts pourront mémoriser et relayer, devenant ainsi vos ambassadeurs. Toutefois, si vous parlez avec une voix chevrotante et les bras fermés, votre attitude non verbale gâchera tout le travail que vous aurez fait pour travailler le fond de votre pitch. Soignez absolument la forme : c’est 93% de votre impact de communication !

Pour aller plus loin, visionnez ma série de 7 mini vidéos (lien en bas de cet article) sur les trucs et astuces pour réussir un bon entretien réseau, avec notamment une mise en situation d’appel téléphonique.

outplacement-l-espace-dirigeantsDécouvrez toute la puissance de LinkedIn pour préparer vos démarches

Erreur n°8 : faire un copié-collé de votre CV sur LinkedIn

Votre communication écrite est essentielle aussi et LinkedIn est un puissant outil qui, grâce à son algorithme, va vous permettre d’être (ou non) repéré et visible (des autres membres et des chasseurs de tête). Apprenez à bien positionner vos mots clé, à utiliser les fonctions de ce réseau en ligne pour mieux connaître vos entreprises cibles, identifier des contacts, préparer vos entretiens.

Utilisez toutes les sources pour débusquer des opportunités, notamment le réseau

outplacement-l-espace-dirigeantsErreur n°9 : tout miser sur les chasseurs de tête

Ne comptez pas trop sur eux. La probabilité qu’ils mènent justement une chasse d’un profil ressemblant au vôtre pendant les quelques mois où vous serez sur le marché est faible. Partez du principe (et de nos statistiques !) que seuls 10% de nos clients retrouvent un job par le biais des cabinets de recrutement. Développez les autres approches : réponses aux offres publiées (10%), candidatures spontanées (10%)… et surtout la démarche réseau (70% si vous avez moins de 50 ans et 90% si vous dépassez les 57 ans !). Pour aller plus loin, lisez mon article « Le réseau, à quoi ça sert ? »

outplacement-l-espace-dirigeantsLevez vos objections à « faire du réseau

Erreur n° 10 (la pire !) : être réticent à entrer dans la démarche réseau

J’anime depuis des années l’atelier sur ce thème au sein de mon Cabinet et je rencontre chaque mois des cadres supérieurs et des dirigeants paralysés à l’idée de « faire du réseau ». Décrocher son téléphone devient un défi. Pour aller plus loin, lisez mon article« Le premier défi du dirigeant en recherche d’emploi : décrocher un rdv réseau ».Objections et freins en tous genres viennent faire obstacle : réticence à avouer qu’on est « sur le marché », peur de déranger, difficulté à demander un service pour soi-même, orgueil de ne rien devoir à personne, refus de profiter d’un « piston » (et donc confusion entre un coup de pouce mérité et un passe-droit injuste). Dans un article que j’ai publié récemment sur le site de la Harvard Business Review (N’ayez pas peur de faire du réseau ! »), je décris tous ces freins qui empêchent d’utiliser intelligemment la démarche la plus efficace de la recherche d’emploi et qui permet d’accéder au marché caché.

Votre projet est clair, vos outils de com’ sont au point ? Action !

Une course d’endurance s’annonce, avec quelques sprints qui vont la scander. Il importe de bien gérer votre temps et votre énergie.

outplacement-l-espace-dirigeantsPréparez-vous comme un sportif

Erreur n°11 : concentrer toute votre énergie sur votre recherche d’emploi

Veillez à votre santé (sport, sommeil, alimentation). Octroyez-vous des pauses (loisirs, vacances). Donnez, rendez service, sentez-vous utile (bénévolat associatif). La recherche d’emploi est un full time job… ce qui n’empêche pas de veiller aux autres plans de votre vie. Vous réussirez à convaincre un recruteur non seulement parce que vos compétences répondront aux critères du poste, mais aussi et surtout parce que le « fit » se fera, grâce à l’impression d’équilibre et de cohérence qui se dégage de vous lorsqu’on vous rencontre.

Attention au syndrome de tous les œufs mis dans le même panier

Erreur n° 12 : s’accrocher à une piste unique.

Vous avez détecté une opportunité, le poste vous plaît beaucoup et vous répondez à tous les critères sans exception. Les entretiens se succèdent, à un rythme espacé : on le sait bien, tout prend du temps dans le recrutement. Pendant ce temps, vous retardez la mise en œuvre d’autres actions : à quoi bon mobiliser tant d’énergie alors que cette piste semble si proche d’aboutir ? Quand, après 3 mois, la piste finit par s’éteindre (recrutement interne ou différé, autre candidat retenu), remonter en selle est difficile et beaucoup de temps a été perdu. J’utilise souvent la métaphore du vélo en côte pour la recherche d’emploi. Dans l’ascension d’un col escarpé, le plus difficile est de donner de la vitesse au vélo, l’effort principal est dans les premiers coups de pédale. Ne posez pas le pied à terre chaque fois que vous croyez apercevoir le sommet.

outplacement-l-espace-dirigeantsPoussez les portes pour sortir de votre réseau

Erreur n°13 : vous cantonner dans votre réseau.

Contrairement à votre première intuition, le réseau le plus efficace pour vous aider sera constitué des personnes que vous ne connaissez pas encore et vers lesquelles vous enverront vos contacts : ces inconnus ne vous verront « que » comme un professionnel et vos échanges seront débarrassés de toute considération affective ou de toute de réticence (ou au contraire volonté) devant l’engagement qu’implique le fait de vous aider. Passez donc le plus vite possible au réseau de niveaux 2, puis 3, puis 4. Et si vous êtes en outplacement dans un cabinet qui se positionne sur l’accompagnement de dirigeants, profitez du réseau des autres clients actuels et passés (souvent plusieurs centaines de contacts possibles) et du carnet d’adresses des associés du cabinet pour élargir votre base de contacts : c’est un formidable démultiplicateur ! Ces cabinets mobilisent parfois beaucoup d’énergie pour faire vivre ce réseau : speednetworking entre clients ou avec des chasseurs de tête, travail en groupes pour des échanges de bonnes pratiques, ateliers pour des trainings aux entretiens, organisations de conférences ou de cocktails qui sont autant d’occasions de réseauter.

Ne vous découragez pas !

Erreur n°14 : baisser les bras

Vous ne vous reconnaissez plus : vous qui avez toujours été un battant, cette situation vous fait douter de vous. Les mois passent et vous commencez à sérieusement questionner votre capacité à « rebondir » enfin. Ne vous isolez pas. Et poursuivez vos actions : dans notre Cabinet, même si en moyenne nos missions se terminent en moyenne en 8 mois, il arrive que des personnes mettent longtemps à retrouver un poste (profil mono entreprise, fonction attribuée de préférence à des profils plus jeunes, série de malchances dans des recrutements, etc). Et puis un jour, le ciel s’éclaire enfin. Récemment, au cours d’un de ces cocktails que nous organisons chaque mois pour célébrer les clients ayant retrouvé une activité, Eric a annoncé qu’il venait de signer un contrat : un CDI, exactement pour le poste qu’il ciblait, dans une entreprise en croissance, avec un salaire de 20% supérieur à celui de son poste précédent. Eric a 61 ans, il s’est accroché pendant 18 mois.

Ne vous obstinez pas dans l’erreur

Erreur n° 15 : conserver la même stratégie alors qu’elle n’est pas payante.

Si vos contacts ne semblent pas convaincus par votre projet de repositionnement, si vos statistiques de suivi ne sont pas encourageantes, si vos pistes se terminent systématiquement après le premier round, sachez en tirer une conclusion. Votre projet n’est peut-être pas cohérent avec votre profil, votre préparation peut-être pas suffisante. Trouvez un interlocuteur qui vous aide à établir un diagnostic précis et à rectifier le tir de vos actions, un coach qui vous challenge et sait vous poser « les bonnes questions ».

Il y aurait encore bien des erreurs contre lesquelles mettre en garde : les moyens de ne pas réussir sa recherche d’emploi sont nombreux. Bien sûr, Adrien n’a pas fait toutes ces erreurs, mais quelques-unes ont suffi à lui faire perdre quelques mois précieux.

Evidemment, rien n’est perdu, il va vite se mettre en selle, donner les premiers coups de pédale nécessaires pour amorcer l’ascension vers les sommets qui l’attirent.
Nul doute qu’avec un peu de méthodologie et beaucoup d’entraînements, des rencontres multiples et une détermination solide, il parviendra à décrocher le poste qu’il a ciblé!

Cette chronique a été initialement publiée sur le site de Harvard Business Review France sous le titre « 13 erreurs à commettre si vous voulez vraiment rater votre recherche d’emploi« .  Vous pouvez suivre HBR France sur LinkedIn

Pour accéder à mes autres chroniques sur le site de la HBR, Cliquez ici

Pour visionner ma série de vidéos sur la démarche réseau (2 mn/vidéo),  Cliquez ici

L’ACTU DE LED

VOIR LE BLOG

DERNIERS TWITTS

PROCHAINS MEETUPS

About the Author:

Connectons-nous sur Linkedin - Isabelle (ESSEC) a toujours fait le choix des challenges, d’abord en travaillant à l’étranger (Los Angeles, Buenos Aires, Londres, Barcelone) sur des projets de financement de grandes entreprises, puis en créant avec succès deux cabinets de conseil RH. Depuis 22 ans qu’elle accompagne des cadres et des dirigeants, ce sont ces capacités qu’elle mobilise : être acteur de son changement, transformer l’événement en opportunité. Faire un pas de côté pour ouvrir un nouveau point de vue, voir les choses en grand et rester pragmatique, mobiliser le réseau : voilà les conditions qu’elle met en place pour créer une dynamique de succès.