La lettre d’actualités RH de L’Espace Dirigeants, octobre & novembre 2016

  • Bonnes nouvelles pour l’emploi et le salaire des cadres
  • Les rémunérations dans la fonction RH sont en baisse
  • La « Radioscopie des DRH » 2016 réalisée par le Groupe Cegos 
  • La Cour des Comptes très critique sur les dispositifs d’accès à l’emploi des jeunes 
  • Le Conseil National Education Economie giflé par 5 grands patrons 
  • Exemples de repositionnements de cadres supérieurs par L’Espace Dirigeants

Bonnes nouvelles pour l’emploi et le salaire des cadres : 55% des entreprises de plus de 100 salariés envisagent de recruter au moins un cadre au dernier trimestre 2016 selon la dernière note de conjoncture de l’APEC, soit 4 points de plus qu’il y a un an à la même période. La raison principale de ce dynamisme du marché de l’emploi des cadres serait (cependant) principalement, selon les entreprises concernées, le remplacement des départs en retraite loin devant le développement de l’activité.

Les salaires des cadres ont eux, selon le dernier baromètre Expectra, progressé comme jamais depuis 2008 : entre 2015 et 2016 leur hausse moyenne serait de 1.7%, avec des pointes à plus de 6% dans l’informatique et les télécoms.

Les rémunérations dans la fonction RH sont, elles, en baisse : c’est ce que révèle la dernière enquête publiée par le Guide des Salaires. Les DRH, dont la rémunération globale moyenne est d’environ 100 000 €, la voient baisser de 11%, les RRH de 4%, les responsables administratifs et de la paie de 3%. Seuls les responsables formation tireraient leur épingle du jeu.

A noter que si les femmes représentent 57% des DRH, leur écart de rémunération avec leurs homologues masculins est de 23% !

La « Radioscopie des DRH » 2016, enquête conduite auprès de près de 1000 salariés et de 250 DRH/RRH par le Groupe Cegos, offre un tableau assez sombre de la profession :

La charge de travail administrative s’est accrue pour les DRH de 15 points par rapport à 2012, date de la précédente enquête (« 81% des DRH se disent englués dans l’administratif ») ; leur rôle de conseil sur le terrain auprès des salariés et des managers a quant à lui diminué de 6 points depuis cette même date. 76% des DRH déplorent « passer beaucoup de temps à éteindre les incendies » ; 41% être isolés dans les difficultés.

La note de confiance que les salariés interrogés attribuent à leur DRH n’est que de 5,6/10. 56% des salariés estiment qu’ils ne prennent pas en compte le facteur humain (!), 42% qu’ils manquent de transparence et 41% de proximité.

Des résultats en forte dégradation sur ces dernières années. Aussi l’ANDRH a-t-elle pris l’initiative d’orienter les travaux de sa commission prospective sur l’initiative « stop au RH bashing » qui, en tenant compte des critiques, s’attachera à « réenchanter la fonction » selon les termes de Michel Barabel, professeur en GRH, qui l’anime. Et pour notre part, à L’Espace Dirigeants, nous rencontrons de plus en plus de DRH qui s’intéressent aux pistes à mettre en œuvre pour améliorer ce constat sévère.

Accès à l’emploi des jeunes : la Cour des Comptes très critique. Les moins de 25 ans, diplômés de l’enseignement supérieur compris, connaissent un taux de chômage d’environ 23% (contre environ 10% tous âges confondus). Pour la Cour, ce résultat, malgré la trentaine de dispositifs mis en place pour l’emploi des jeunes – l’une des toute premières priorités du quinquennat – est très décevant, tandis que le coût de ces dispositifs est exorbitant : autour de 10,5 Mds €/an. Ajoutons ici que l’OCDE pour sa part évalue à 16,6% la part des jeunes sortis prématurément du système éducatif et sans emploi en France: le double de l’Allemagne.

Le Conseil National Education Economie déserté par les 5 patrons emblématiques qui y siégeaient.

Xavier Huillard (PDG de Vinci), Henri Lachmann (Pt de Schneider Electric), Michel Pébereau (ex BNP), Françoise Gri (ex Manpower) et JP Boisivon (ex Institut de l’entreprise) ont quitté le CNEE en dénonçant principalement l’allègement des programmes d’économie dans le secondaire et le refus de la ministre de l’Education d’écouter leurs propositions sur l’apprentissage : une gifle pour cette instance mise en place par JM Ayrault, destinée à rapprocher l’école de l’entreprise.

L’Espace Dirigeants a notamment permis récemment les repositionnements suivants :

  • Le Directeur du digital d’une agence de conseil en communication, 42 ans, devient Directeur Marketing & Digital d’un grand groupe du CAC 40.

Accès au nouvel emploi : réponse à annonce et réseau.

Facteurs clés de succès : avoir mené de front sa démarche de recherche et des missions en parallèle, avec méthode et un excellent relationnel.

  • Le Directeur Financier de la filiale française d’un constructeur allemand de véhicules industriels, ESC de 53 ans, devient Directeur Financier de la filiale française d’un groupe belge opérant dans le second-œuvre bâtiment.

Accès au nouvel emploi : candidature spontanée auprès d’un chasseur de tête.

Facteur clé de succès : avoir identifié une cible internationale d’entreprises et de cabinets en étroite adéquation avec ses points forts spécifiques et accepté une mobilité en France.

  • Le DRH au Moyen-Orient d’un grand groupe de délégation de services publics, 54 ans, Sciences Po, devient le DRH d’une filiale d’une très grande entreprise de travaux publics à la Réunion

Accès au nouvel emploi : réseau relationnel

Facteurs clés de succès : bénéficier d’une solide expérience préalable dans le secteur du BTP et avoir accepté de s’expatrier à la Réunion.

L’ACTU DE LED

VOIR LE BLOG

DERNIERS TWITTS

PROCHAINS MEETUPS

About the Author:

Connectons-nous sur Linkedin - Juriste de formation, spécialisé en droit social, Marc a occupé pendant 25 ans des fonctions RH en entreprises internationales : DRH du Groupe Primagaz, d’Alstom Transport SA, DRH Europe de Graham Packaging, McDonald’s. Il a créé en 2003 un cabinet de conseil RH de dirigeants de grandes entreprises comme de PME. il a accompagné plusieurs centaines de cadres dirigeants dans leurs évolutions, dans tout le spectre des métiers et des secteurs d’activité. Sa bienveillance et son pragmatisme sont à la base de son engagement complice auprès des cadres dirigeants dont il accompagne le choix d'avenir.