La lettre d’actualité RH de L’Espace Dirigeants
Février 2017

  • Réformer par le dialogue et la confiance
  • Incidence des évolutions technologiques sur le monde du travail et les futurs actifs
  • Etude du cabinet Hays sur les salaires des cadres supérieurs
  • Exemples de repositionnements de cadres supérieurs par L’Espace Dirigeants

Réformez ! par le dialogue et la confiance. 

C’est le titre de l’excellent ouvrage récemment signé par Jean-Paul Bailly dont on sait qu’il a profondément modernisé, sans heurts, 2 des plus grandes entreprises françaises : la RATP, marquée par une conflictualité légendaire lorsqu’il en a pris la direction en 1994 et la Poste, archétype de l’entreprise de service public, en difficulté lorsqu’il en a pris la tête en 2002.

Après avoir rappelé l’évidence, pas toujours perçue de tous dans l’entreprise à commencer par les cadres, que le changement est une loi de la nature, qu’il est impératif de changer pour rester vivant, Jean-Paul Bailly démontre par l’expérience que c’est « grâce au dialogue, à la mise en responsabilité des acteurs et grâce à la confiance qui en résulte qu’on peut pousser les murs et déplacer les montagnes ». Avec ce grand dirigeant, les mots de dialogue et de confiance ont tout leur sens et on est loin des seuls concepts et recommandations gratuites et de bon ton. Ce livre est au contraire plein d’enseignements et de méthodes concrètes et efficaces, à destination de tous et d’abord des dirigeants d’entreprise et des DRH, ce dernier poste devant d’ailleurs aux yeux de l’auteur qui l’a occupé lui-même, « faire systématiquement partie des parcours de formation des grands dirigeants ». (Réformez ! par le dialogue et la confiance ; Descartes & Cie)

Incidence des évolutions technologiques sur le monde du travail de demain :

Une étude de l’Index Mondial de la Compétitivité pour les Talents (Adecco Group, l’Insead et le Human Capital Leadership of Singapore) révèle principalement que :

–       Les progrès technologiques (robotisation des emplois et économie collaborative notamment), s’ils vont détruire les emplois peu qualifiés, basés sur des tâches répétitives (déjà progressivement assurés par les machines et les algorithmes) vont aussi créer de nouvelles opportunités de travail, connecté, nécessitant de nouvelles compétences. On travaillera différemment et, pour rester compétitives, les entreprises devront « passer de travailleurs réalisant des tâches routinières à des travailleurs du savoir », rechercher une main d’œuvre capable d’évoluer dans ce sens

–       Pour rester à niveau et sécuriser leur employabilité, les actifs en poste eux, devront impérativement se former tout au long de leur vie professionnelle : « seront favorisés non pas les employés qui possèdent le plus haut niveau de compétences techniques, mais ceux qui auront la capacité d’apprendre encore et encore leur métier »

–       Les « softskills », autrement dit les compétences personnelles, comportementales (capacités d’adaptation, envie d’apprendre, capacité à communiquer, à gérer des conflits, à réseauter…) auront autant, sinon plus d’importance que les compétences techniques (ces dernières pouvant être acquises en interne)

Salaires des cadres supérieurs

Le cabinet Hays publie une liste des métiers dont la rémunération est supérieure à 100 K€ (salaire brut constaté en région parisienne, subissant une décote de 10 à plus de 20% en Province, et le plus souvent après 5 à 8 ans d’ancienneté). On y trouve notamment

–       Dans la banque : le vendeur de fonds et le banquier/gérant privé

–       Dans l’assurance : le directeur commercial

–       Dans le BTP : le responsable de centre de profits, l’ingénieur commercial et le responsable de bureau d’études

–       Dans le conseil en stratégie et organisation, un manager senior/principal atteint généralement 150 K€ après 3 ans d’ancienneté

–       En Finance : après 8 ans d’ancienneté le DAF d’un grand groupe peut toucher 300 K€, le directeur du contrôle de gestion 160 K€, le directeur des comptabilités 150 K€, le directeur de la trésorerie 130 K€

En RH, seul le Vice-Président RH atteindra un salaire > 100 000 €, pouvant aller jusqu’à 140 K€ après 8 ans d’ancienneté

L’Espace Dirigeants a notamment permis récemment les repositionnements suivants :

  • Le Directeur Général d’une ETI du secteur de la construction devient, à 46 ans, Directeur Général France d’une autre ETI dans le même secteur.

     Accès au nouvel emploi : réponse à une annonce.

     Facteurs clés de succès : méthode, régularité, persévérance.

  • Le Directeur d’exploitation d’un grand opérateur télécom français, Ingénieur Arts et Métiers de 53 ans, reprend une société dans le secteur des télécommunications sécurisées dans les domaines civil et militaire

     Accès au nouvel emploi : réseau relationnel.

     Facteurs clés de succès : savoir-faire dans son domaine et grande pugnacité

  • Le Directeur Général d’une ETI sous-traitant automobile devient, à 53 ans, Directeur Général d’une entreprise du BTP.

     Accès au nouvel emploi : réseau relationnel.

      Facteur clé de succès : avoir consacré l’essentiel de son énergie et de son temps à la démarche réseau telle que proposée par le cabinet.

L’ACTU DE LED

VOIR LE BLOG

About the Author:

Connectons-nous sur Linkedin - Juriste de formation, spécialisé en droit social, Marc a occupé pendant 25 ans des fonctions RH en entreprises internationales : DRH du Groupe Primagaz, d’Alstom Transport SA, DRH Europe de Graham Packaging, McDonald’s. Il a créé en 2003 un cabinet de conseil RH de dirigeants de grandes entreprises comme de PME. il a accompagné plusieurs centaines de cadres dirigeants dans leurs évolutions, dans tout le spectre des métiers et des secteurs d’activité. Sa bienveillance et son pragmatisme sont à la base de son engagement complice auprès des cadres dirigeants dont il accompagne le choix d'avenir.