Travailler son employabilité : BE FLEX !

La flexibilité est la première des attitudes à développer. Be flex, c’est mental, c’est aussi une posture corporelle, c’est également une capacité à se remettre en cause. Il faut être prêt au changement et savoir s’adapter à l’environnement, à ses transformations et à l’innovation.

Adopter une hygiène de vie professionnelle.

Tous les cinq à sept ans, prenez le temps de vous poser : « Où en suis-je de ma vie professionnelle, familiale, amicale, amoureuse, … ? », « si je devais changer, là maintenant, qu’est-ce qui serait essentiel pour moi ? », « qu’ai-je envie d’apprendre, de faire, de ne plus faire ? », …

Le responsable d’une entreprise repense régulièrement la stratégie, à moyen et long terme, et décline sa vision pour l’action à court terme. Agissez de la même façon pour vous-même. Il est normal d’avoir des valeurs personnelles sous-jacentes qui restent relativement intangibles, mais l’expérience et l’environnement peuvent apporter des ajustements.

Savoir être prêt en cas de changement radical, apprendre à orienter son parcours dans le sens souhaité, c’est nécessaire. Et cela d’autant plus qu’il est de plus en plus rare d’avoir une « carrière » professionnelle linéaire. Tout un chacun change d’entreprise, de métier, d’industrie, de localisation géographique. C’est parfois voulu, mais souvent la rupture est provoquée.

Un changement significatif dans une vie professionnelle ne s’improvise pas. Si vous anticipez cette réflexion, vous serez à même d’entretenir des connaissances dans un univers donné, de développer le réseau professionnel adéquat, pour faire face à toute situation (ou presque). Soyez maître de votre destin, et du timing de mise en œuvre !

Aller toujours de l’avant avec enthousiasme

Il arrive dans la plupart des vies professionnelles un moment clé : celui où l’intéressé est conduit à envisager un changement majeur de métier, de secteur ou de type d’entreprise. Par exemple, passer du public au privé, d’une start-up à une grande entreprise, d’un groupe multinational à une PME familiale, quitter la recherche pour rejoindre une start-up, faire du conseil.

Cela se produit souvent autour de quarante ans, lors de cette crise personnelle et professionnelle de milieu de vie que nous traversons tous à des degrés divers. A ce moment clé, la personne se rend compte en général de ses limites de temps ou d’énergie, ainsi que des contraintes. Tout peut basculer dans une vie professionnelle si ce changement échoue.

A ce moment, ou plus tard, beaucoup ressentent la nécessité de faire quelque chose de différent : quitter le salariat, se mettre à son compte, faire du bénévolat, diminuer son rythme de travail. En tout état de cause, il vous faudra aller de l’avant, avec enthousiasme.

#EnjoyBuildingTheFuture

#ExecutiveCoaching #Outplacement #Entrepreneurship

L’ACTU DE LED

VOIR LE BLOG

About the Author:

Olivier de Conihout
Connectons-nous sur Linkedin - Tout au long de son parcours, Olivier (X76) a croisé une dizaine de start-up ainsi que des groupes comme la Caisse des Dépôts et Consignations, SRI International (Stanford Research Institute), CPR, le Crédit Lyonnais. Homme de réflexion et d'écoute au sein de nombreuses institutions, il a aussitôt mesuré l’importance de la notion de plaisir dans le choix de l'activité professionnelle. C'est mû par cette vision qu'il fonde L'Espace Dirigeants avec Michel Prudhomme en 2006.