Travailler son employabilité:

Be Curious !

« Que dois-je devenir ?

– Un curieux.

– Ce n’est pas un métier.

– Ce n’est pas encore un métier. Voyagez, écrivez, apprenez à vivre partout. L’avenir est au curieux de profession. »

Extrait de Jules et Jim, de François Truffaut (avec un clin d’œil à tous mes amis de la promotion Truffaut de l’Institut Multi-Media et à la mémoire de Jeanne Moreau)

Se tenir informé, être quadrilingue 

Les personnalités qui feront la différence sur le marché de l’emploi dans cinq ou dix ans seront celles qui feront le plus preuve de curiosité, à savoir la faculté de vouloir toujours apprendre, de se confronter à la nouveauté sans tenir compte des expériences positives ou négatives du passé, de se questionner, d’instiller la connaissance suffisante pour poser des questions et innover et d’avoir la vision la plus globale possible. La clé, c’est de travailler sur soi et de se renouveler.

Appréhender les business models des entreprises qui profitent de la rupture numérique, en particulier les startups, reste un enjeu clé, notamment pour les cadres supérieurs et dirigeants. Posez-vous la question de remettre vos connaissances au goût du jour en rencontrant les entrepreneurs très actifs dans les espaces de coworking et dans les différents centres de créativité que vous trouverez en Californie, en Israël, en Asie du Sud-Est, en Russie, ou même à Paris, Berlin, Londres, New-York, … Et pourquoi pas à Station F, où vous pourrez me retrouver régulièrement.

Pour améliorer, voire pour préserver votre employabilité, il faut parler aujourd’hui plusieurs langues : le français, l’anglais, une troisième langue et le digital.

Se remettre en cause à tout instant

Lors d’un des nombreux événements de L’Espace Dirigeants, un ancien dirigeant d’un groupe du SBF 120, aujourd’hui administrateur de plusieurs groupes internationaux nous rappelait qu’aucune entreprise ne peut survivre très longtemps si elle incapable de se réinventer. C’est tout aussi vrai pour le dirigeant lui-même. Un autre ancien dirigeant de grand groupe rappelait aussi « Il faut savoir changer pour rester soi-même ».

« Pour préserver son employabilité : se remettre en cause à tout instant », répète à qui veut l’entendre un des jeunes entrepreneurs de mon écosystème.

Plus le dirigeant avance en âge et en expérience, plus grande est la probabilité d’être lui-même dirigé par des personnes plus jeunes, et le décalage en nombre d’années va croissant. Or ces personnes plus jeunes sont entrées dans la vie professionnelle avec les usages de leur temps. Si vous souhaitez travailler jusqu’à 67 ans, vous devez comprendre les usages de personnes ayant 20 à 30 ans de moins que vous. Si vous souhaitez avoir une activité professionnelle jusqu’à 75 ans – ce qui peut être souhaitable pour maintenir votre niveau de vie – vous devez comprendre les personnes ayant 40 ans de moins que vous.

Sans forcément chercher à faire « djeune », écoutez, comprenez et adaptez-vous aux modes de fonctionnement qui ne sont pas forcément les vôtres.

#EnjoyBuildingTheFuture

#ExecutiveCoaching #Outplacement #Entrepreneurship

L’ACTU DE LED

VOIR LE BLOG

About the Author:

Connectons-nous sur Linkedin - Tout au long de son parcours, Olivier (X76) a croisé une dizaine de start-up ainsi que des groupes comme la Caisse des Dépôts et Consignations, SRI International (Stanford Research Institute), CPR, le Crédit Lyonnais. Homme de réflexion et d'écoute au sein de nombreuses institutions, il a aussitôt mesuré l’importance de la notion de plaisir dans le choix de l'activité professionnelle. C'est mû par cette vision qu'il fonde L'Espace Dirigeants avec Michel Prudhomme en 2006.