La clef de la réussite,

C’est l’échec !

La réussite est le pendant optimiste de l’échec. Pourquoi ? Parce que dans nos vies, nous pouvons vivre l’une comme l’autre et que chaque situation d’échec est une occasion pour rebondir vers une nouvelle réussite ! Il arrive souvent que l’échec, ou le pseudo échec, se transforme en une belle opportunité.

Face à l’échec, les réactions seront très différentes selon les cultures. Les Français n’aiment pas trop les échecs, surtout à répétition ! En revanche, un Californien hésitera à investir aux côtés d’un entrepreneur qui n’a pas subi un ou plusieurs échecs. Alors réussir, c’est échouer souvent ou, au contraire, un peu mais pas trop ?

Cette question m’amène à explorer la notion de réussite sous différents angles. Je pourrais ainsi regarder la réussite sous l’angle de ma vie personnelle et de mes valeurs, sous la dimension de ma vie professionnelle avec des composantes aussi diverses que l’argent, le projet abouti, l’apport à la société, à la nation, au monde, sans oublier l’aspect de ma vie intérieure, ma vie spirituelle. Ainsi, chacun va porter un regard particulier sur ce qu’est la réussite en fonction de son vécu mais aussi de ses croyances personnelles.

L’exemple du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, tombé en héros après avoir pris volontairement la place d’une otage, illustre bien cette « ambiguïté » de la réussite. On pourrait dire qu’il a échoué puisqu’il n’a pas obtenu la reddition du terroriste et que son acte lui a coûté la vie. Personnellement, je considère que cet homme a pleinement réussi en accomplissant son devoir, un devoir qui sans doute a toujours donné du sens à sa vie. Dans ce cas, la réussite est celle du courage, du patriotisme, de la foi et du respect des valeurs.

« Suis-je fier de ce que j’ai accompli ? » Cette question, nous sommes tous amenés à nous la poser un jour ou l’autre, et de manière encore plus fondamentale au moment de notre mort : « Suis-je globalement fier de ma vie ? » Nul doute que nous trouverons sur notre liste des motifs de fierté, mais aussi des insatisfactions. Tout ne peut être parfait mais si la balance penche positivement vers la satisfaction, je considérerai avoir réussi. Au présent, lorsque je vis un événement comme un échec, je sais que je peux refaire pencher la balance du bon côté ! C’est la bonne nouvelle : il n’y a pas de fatalité.

L’alignement entre les différents « moi »

Mon métier consiste à accompagner les dirigeant(e)s pour les aider à retrouver une activité qui leur convienne, le plus souvent après une séparation plus ou moins difficile avec leur employeur. Dès les premiers jours, et pendant les premières semaines de nos échanges, j’aide mes clients à faire le deuil de cette situation souvent vécue, à tort ou à raison, comme un échec.

Pour dépasser ce sentiment d’échec, le client doit comprendre ce que sont les moteurs de sa réussite. Chacune et chacun a une histoire différente et une définition très personnelle de la réussite et de l’échec !

Pour l’accompagner au mieux, c’est-à-dire faire en sorte qu’il retrouve un job, une activité, un projet dans lequel il trouvera du plaisir et s’épanouira, je porte de l’attention à ses valeurs. Celles-ci peuvent concerner sa vie personnelle, sa vie professionnelle ou sa vie spirituelle, et se révéler importantes dans chacune de ces dimensions.

Bien entendu, il n’est pas question de faire abstraction de certaines contraintes : contraintes endogènes, personnelles et familiales, mais aussi contraintes exogènes, en fonction de la conjoncture économique notamment.

Lorsque mon client se réaligne avec ses valeurs sur ces trois dimensions, il peut réactiver une dynamique de réussite et optimiser plus facilement ses futures activités professionnelles.

Mon métier nécessite, au-delà d’une méthode qui donne des contours, une très grande personnalisation de la relation et de la modélisation du projet professionnel avec, en règle générale, une dimension personnelle prépondérante.

Pour la réussite de ma mission en tant que coach de dirigeant(e)s, je me positionne ainsi à la fois comme un « miroir bienveillant et confrontant », un équivalent de « coach de sportif de haut niveau » et un « sparring partner » capable à la fois d’exercer ma bienveillance et de confronter les interrogations et les dilemmes de mon client.

La clef de la réussite, savoir se remettre en cause à tout instant

En réalité, chacun d’entre nous peut aspirer à la réussite et définir les contours de ce qu’elle représente pour soi. La quête de sens devient fondamentale.

La vie est faite de petits et de grands échecs, de petites et de grandes réussites. L’essentiel est de toujours regarder la vie du bon côté, de tirer les leçons de nos épreuves et d’apprendre à nous remettre en cause à tout instant. Ces exercices de souplesse intellectuelle, voire physique, aident à #DonnerEnvie , à faire pencher globalement la balance du côté de la réussite et à provoquer la chance, la chance de réussir.  😊

#EnjoyBuildingTheFuture

#ExecutiveCoaching #Outplacement #Entrepreneurship

#Optimisme #Chance #Réussite

L’ACTU DE LED

VOIR LE BLOG

3 juillet 2018 – Summer Champagne !

Summer Champagne ! Un dernier champagne avant la trève estivale ? L'occasion de revenir sur l'année écoulée et de réseauter une coupette à la main 🙂 Rendez-vous le mardi 3 juillet 2018 [...]

About the Author:

Connectons-nous sur Linkedin - Tout au long de son parcours, Olivier (X76) a croisé une dizaine de start-up ainsi que des groupes comme la Caisse des Dépôts et Consignations, SRI International (Stanford Research Institute), CPR, le Crédit Lyonnais. Homme de réflexion et d'écoute au sein de nombreuses institutions, il a aussitôt mesuré l’importance de la notion de plaisir dans le choix de l'activité professionnelle. C'est mû par cette vision qu'il fonde L'Espace Dirigeants avec Michel Prudhomme en 2006.